Vignale, notre jardin partagé Angèle et Marie.T Flux

VIGNALE, notre jardin partagé | Les ricochets poétiques d'Angèle et Marie.T | 11 ème Lettre

 

Cadran solaire  mth peyrin (c)

 

Lyon le Clos Fleuri le Dimanche 24 juillet 2022


Ma toute Corse,

Tu m’as manqué. Mais je sais que les lettres ont aussi besoin de respiration. Je te rejoins volontiers sur l’esprit d’élagage. Toutes deux requises par nos vies si différentes, toi perchée sur ton rocher de Vignale au-dessus de la mer, moi encore coincée en ville pour un tas de raisons dont je vais t’épargner le récit ici. Je n’ai pas perdu mon temps pour autant.  Je suis dans une parenthèse caniculaire en ville qui se prolonge un peu trop, mais le temps de la levée d’écrou s’approche. Le Sud nous attend et je le guette avec une convoitise aiguisée au maximum, je vais pouvoir couper du carpaccio avec.

Toutes nos lectures nous encombrent un peu je pense. Surtout lorsqu’il fait chaud ! Il nous faudrait les éloigner de temps en temps et les reprendre une à une, selon nos envies, et seulement lorsque nos lieux de vie laisseront partir leurs invités.e.s.  Oui, la vie de famille qui nous absorbait un peu trop autrefois redevient un trésor que nous pourrions apprendre à distiller comme la lavande. A petites doses avec des intervalles de liberté et de repos. Nos corps vieillissent, on n’a pas d’autre solution que de les ménager.  Pour ma part, je deviens atrocement casanière, presque Troglodyte par moments. Cela fait bien le contraste avec ta vie de Sybarite. J’ai éclaté de rire en lisant ce mot, il te va comme un gant. Nous sommes si différentes avec des points communs assez troublants, mais ce n’est pas le lieu d’épancher cela. Je suis tes consignes. Je t’offre donc aujourd’hui un peu de mes lectures fraîches.

« Faire bref présuppose plus que de l’agilité verbale : une tournure d’esprit qui permet de convertir cette monnaie de singe des doctrinaires, la logique, en pépites pour adeptes de la pensée nomade. Redevable aux poètes chinois, comptenteurs du superflu, mais aussi au « philosophe détective » Kierkegaard, dans les Diapsalmata, suite de sanglots poétiques, sont les prolégomènes d’une métaphysique future Perros révérait aussi Leopardi et Nietzsche : ils ont fait chanter le langage, en le rythmant et en ne lui lâchant pas la bride. Fort de ces enseignements, il se proposait  de ne jamais s’appesantir, de tout ramasser en une petite constellation de silex.

La note a quelque chose de fantomatique ; elle est, disait-il, d’essence féminine. Novalis la comparait à une semence, dispersée aux quatre vents. Mais c’est  Schlegel qui donne la définition la plus pertinente des apophtegmes  de Perros : «  Un fragment, à l’égal d’une brève œuvre d’art, peut-être isolé de tout l’univers qui l’environne, parfait en soi-même comme un hérisson. » L’auteur de Papiers collés, faisant coïncider le jeu et le sérieux, l’exigence oraculaire er l’indécision d’une pensée instable (caractéristiques relevées par Maurice Blanchot, d’un certain romantisme allemand), s’inscrit ainsi dans une lignée de fauteurs de beautés qui privilégient la discontinuité aux dépens du système. »

 

Linda Lê, Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau, À deux doigts de se taire, Christian BOURGOIS éditeur, 2009

 

Linda Lê est une lectrice acharnée qui nous offre dans ce livre un feu d’artifice  de ses lectures et des références qui sous-tendent son propre travail dans la langue.  Bien sûr, la barre est haute, mais elle donne envie de grimper plus haut dans la connaissance des possibilités pour trouver ce qui nous convient, à l’étape de vie où nous sommes. Nous sommes déjà bien privilégiées d’être ce que nous sommes, de vivre ce que nous vivons, alors que tant de gens autour, y compris dans nos cercles intimes ou rapprochés n’ont pas accès à la lecture pour se consoler ou se ressourcer.

Bien sûr j’ai mis un peu mon nez dans le livre Lichens de Vincent Zonca, que tu m’as recommandé, j’aime bien le sous-titre :  Pour une résistance minimale.

Il relie le lichen à la poésie dans une série de chapitres particulièrement  documentés. C’est un livre étonnant, riche de citations  mais très agréable à lire. Les planches de lichens sont magnifiques.

              « En littérature, seul ce qui est sauvage nous attire[...] C’est la pensée  farouche, non civilisée, libre et sauvage telle qu’on la voit à l’œuvre  dans Hamlet, L’Illiade, et dans tous les écrits et les mythes qui nous enchantent – elle n’est pas enseignée dans les écoles ni raffinée ni polie par l’art. Un vrai bon livre est quelque chose d’aussi sauvagement naturel et primitif, mystérieux et merveilleux, ambrosiaque et fertile, qu’un champignon ou qu’un lichen ».

 

Je ne vais pas faire long  pour te permettre de rebondir avec tes images du jour ou autre chose. Un petit poème pour ta besace de plage.  Je lis plusieurs livres en même temps comme pour rattraper les heures dans cet Atelier dont tu te sens si éloignée, ce que je comprends bien. Là encore, il y a un temps pour apprendre à écrire et publier, et moi je suis encore dans les coulisses. Je ne suis même pas certaine de sortir de ma grotte si ... confortable, pour dire vite, je suis encore trop dévouée à la Cause des Causeuses, au collectif qui prend beaucoup et rend peu. Mais cela  ne me paraît pas relever du scoop.

Un peu d’Hélène DORION que j’apprécie depuis longtemps.

 

Je m’incline souvent

devant la figure unique

d’un jeu de feuilles ou de branches

 

la maigre cicatrice de l’écorce

le nœud dans le bois dur

l’arbre n’échappe pas à la souffrance

il n’est rien d’autre que lui-même

 

avec la longue respiration des saisons

il regarde par les yeux du vent

 

de ses racines

et de l’anneau des années

il ignore tout

 

et je m’incline encore

pour écouter son voyage immobile

 

Hélène DORION, Mes Forêts, Editions Bruno Doucey, 2021  p.77

 

Une enveloppe avec les livres promis ou inventés- promis devrait partir de Lyon pour toi. J’ai pris beaucoup trop de retard pour te remercier de tes recueils que je butine en ce moment comme une abeille qu’on a déprivée.

Avec toute mon Amitié bien au chaud.

Mth

P.S Est-ce que les figues sont mûres à Canari ?


samedi 02 juillet 2022

samedi 25 juin 2022

dimanche 05 juin 2022

mercredi 01 juin 2022

dimanche 29 mai 2022

mercredi 04 mai 2022

lundi 02 mai 2022

dimanche 01 mai 2022

Ma Photo

septembre 2022

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

TIERS LIVRE de François BON

  • Tiers Livre | François BON
    Un Site incontournable et innovant sur les pratiques en matière de littérature numérique et vidéo colportée (création et publication).

ATELIER "Ephémère.s"... Et puis quoi encore ?

  • Ici seront stocké.e.s les créations de l'Atelier Créatif et Poétique en attendant leur sélection et leur mise en forme dans une publication en Automne.

T d F Angèle PAOLI

  • Terres de Femmes | la revue de poésie & de critique d’Angèle Paoli
    Terres de Femmes En mémoire de l'Ami Yves Thomas le compagnon d'Angèle et par Amitié de longue date avec le couple , nous tenons à laisser en évidence le lien vers Leur magnifique site qui reprend peu à peu son travail de noria au service de la littérature et de la poésie en particulier. TdF / Une amitié née du WEB sur des affinités profondes et durables autour de la Poésie et de l'insularité qui lui permet d'être reliée à une multitude d'écritures contemporaines. Responsable de la rédaction : Angèle Paoli *** Direction artistique et mise en images : Guidu Antonietti di Cinarca [G. AdC]

Les Sites de nos PARTENAIRES 2021-2022

BLOG HISTORIQUE Cause des Causeuses

  • LA CAUSE DES CAUSEUSES ... Vendanges Poétiques à volonté...
    Ce blog d'abord personnel a accompagné la création de l'Association Lyonnaise La Cause des Causeuses de 2007 à 2018. Il contient les balbutiements et les expérimentations numériques qui ont permis de relier les lecteurs et lectrices de Poésie que nous sommes et des écritures singulières pour les faire connaître lors de rencontres conviviales( Bivouacs poétiques, Troc Poétique, Lectures publiques, Ateliers thématiques en lien avec le Printemps des Poètes, Ateliers créatifs tout public...).

PROCHAINE CUEILLETTE DU JOUR _ sous ta lampe

  • Bruno DOUCEY
    (Presque)Chaque jour découvrir ou redécouvrir une écriture dans sa poéthèque et la partager.

LE FACEBOOK DE LA CAUSE DES CAUSEUSES